L’Orchestre Symphonique Kimbanguiste à Monaco

L’histoire incroyable de l’Orchestre de Kinshasa commence en 1985, lorsque Joseph Diangienda Kuntima, un pasteur de l’Église kimbanguiste (troisième religion au Congo), imagine créer un orchestre pour fédérer ses fidèles. Modestement, c’est d’abord le Groupe Symphoniste Kimbanguiste (GSK) qui voit le jour, réunissant une fanfare, une guitare et des chanteurs. En 1994, son fils Armand Diangienda franchit un pas de plus en fondant un véritable orchestre symphonique qui réunit toujours des fidèles de son Église, qu’ils soient vendeurs de fleurs, blanchisseurs, installateurs d’antennes GSM ou peintres en bâtiment : ‘‘Chacun a sa place ici. Chacun apporte sa contribution. C’est l’avantage d’un orchestre symphonique’’.

L’orchestre est désormais constitué de plus de 200 musiciens, principalement de modestes commerçants ou de petits artisans, la plupart autodidactes n'ont jamais pu bénéficier de cours de musique et de solfège. Les musiciens fabriquent eux-mêmes leurs costumes de scène mais également leurs instruments et, souvent par manque de moyens, peuvent se servir de câbles de freins de vélo pour faire des cordes… Ils se retrouvent pour répéter après leur travail respectif – les répétitions ont lieu presque quotidiennement et s'achèvent tardivement dans la nuit – et interprètent les grands succès du répertoire et les partitions d'illustres compositeurs comme Haendel, Carl Orff, Verdi ou encore Beethoven.

La belle histoire de l’Orchestre Symphonique Kimbanguiste et Monaco

Le 6 avril 2013, l’Orchestre Symphonique Kimbanguiste (OSK) de Kinshasa venait donner un concert mémorable au Printemps des Arts, montrant sur scène le résultat d’années de travail et d’efforts conjugués pour faire exister le seul « orchestre d’Afrique noire », qui vit avec ses propres moyens, sans subvention. Par une volonté inimaginable, ils ont réussi au bout de longues années à fonder un véritable son d’orchestre. Le 7 juin 2013, S.A.R. la Princesse de Hanovre allait à Kinshasa écouter l’Orchestre dans son pays d’origine, après avoir fait don d’une harpe pour aider les musiciens. De nombreuses actions ont été menées depuis 2013 par les entités culturelles de la Principauté pour accompagner au mieux l’OSK. 2017 marque une nouvelle étape dans les liens désormais établis, puisque l’OSK donne un concert en s’unissant à l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, autour d’un programme Beethoven. Parmi ces actions de coopération, le don d'instruments de musique et le partage d'expérience, comme la venue à Monaco du luthier de l'OSK, Didier Maketa pour améliorer son artisanat.

Le Festival du Printemps des Arts de Monte-Carlo, dont la 1ère édition date de 1984, est considéré comme un rendez-vous majeur de la culture et de la création, aussi bien classiques que contemporaines. Dirigé depuis 2005 par le compositeur Marc Monnet, celui-ci ne cesse de vouloir étonner et surprendre le public, et s’évertue à abolir les frontières entre les répertoires, les origines et les époques de la musique : www.printempsdesarts.com

Source