Enfance et violence : retour sur l’intervention de Boris Cyrulnik

Mercredi 14 février les Rencontres Philosophiques de Monaco organisaient la conférence « Enfance et Violence », donnée par Boris Cyrulnik au Théâtre Princesse Grace.

Après une présentation réalisée par Charlotte Casiraghi, le neuro-psychiatre a évoqué l’évolution de la violence dans l’histoire ainsi que les dangers de la négligence affective et les différents types d’agressions – verbales, psychologiques, physiques… – qui peuvent détériorer le rapport de l’enfant au monde et endommager son cerveau.

Rappelant que les répercussions de la violence peuvent être détectées in utero, Boris Cyrulnik, à travers le concept de « niche sensorielle », a insisté sur la nécessité de développer au plus tôt un attachement sécurisant avec l’enfant, qui l’induira à développer une confiance en lui et une estime de soi solides et pérennes.

Devant un auditoire passionné, avec qui il a largement interagi, il a conclu son propos par une extension de la thématique de la conférence en évoquant les liens évidents entre violence et déculturation, violence et érotisme, violence et autorité.

Ls fonds récoltés lors de la soirée seront intégralement reversés à l’Association monégasque « Jeune J’écoute ».