Charles Leclerc : « Un rêve qui devient réalité »

Charles Leclerc réalise un rêve en rejoignant la F1. Il veut prendre de l’expérience cette année, dans une équipe Sauber en progression.

Charles Leclerc s’apprête à faire ses débuts en F1 cette année, chez Sauber. Le Monégasque, titré en GP3 en 2015 et en F2 en 2016, est l’un des plus grands espoirs et il fait partie de la Ferrari Driver Academy. Il a atteint son premier objectif en rejoignant Sauber.

« C’est absolument incroyable, » a déclaré Leclerc dans une interview sur le site de l’équipe suisse. « Pour tout pilote, signer son premier contrat de titulaire est un rêve qui devient réalité. Mon principal objectif est de continuer à progresser comme pilote, et de prendre autant d’expérience que possible en Formule 1. Je vais énormément travailler pour aider l’équipe à développer la voiture pendant l’année, pour décrocher les meilleurs résultats possibles pendant la saison 2018. »

Sauber pourrait franchir un cap cette année. L’équipe aura la dernière version du moteur Ferrari, alors qu’elle en avait un vieux d’un an en 2017, et Alfa Romeo est arrivé comme sponsor titre. « Avoir le moteur Ferrari version 2018 sera un gros boost pour l’équipe, » estime Leclerc. « Le nouveau partenariat avec Alfa Romeo est aussi une très bonne nouvelle. »

Leclerc a rejoint Sauber l’an dernier. Il a roulé quatre fois le vendredi et il a participé à deux séances d’essais pour Pirelli : « Dès les premiers instants, tous les membres de l’équipe ont été très accueillants, ils m’ont aidé et ils m’ont permis de prendre mes marques. »

« J’ai déjà travaillé avec certains ingénieurs de Ferrari et je connais Frédéric Vasseur (le patron de l’équipe) depuis le GP3, quand je roulais pour son équipe, ART Grand Prix. Nous avions déjà une très bonne relation et je veux en profiter cette année. »

Leclerc explique son choix de numéro

Charles Leclerc roulera avec le numéro 16 cette année. Ce n’était pas son premier choix, mais il s’est rapidement imposé.

« Mon chiffre préféré est le 7, » explique-t-il. « Malheureusement, il est déjà pris (par Kimi Räikkönen). Je suis né le 16 octobre, donc le nombre 16 a du sens pour moi. Et si on ajoute le 1 et le 6, ça fait 7, c’est un bon compromis ! »

Sergey Sirotkin, l’autre débutant cette année, n’a pas encore dévoilé son numéro. Pierre Gasly a le numéro 10 et Brendon Hartley le numéro 28. Ils ont tous les deux fait leurs débuts en cours de saison l’an dernier. Hartley avait le numéro 39 pour ses débuts à Austin, mais il a adopté le 28 dès Mexico.

Source