Le patron, c’est Monaco

Une semaine après avoir pris une claque à Chalon-sur-Saône, trois jours après avoir perdu chez l’ASVEL, la SIG a de nouveau souffert ce mercredi soir, devant son public cette fois. Les Alsaciens, deuxièmes de Jeep ELITE avant la rencontre mais désormais troisièmes, ont été sévèrement battus par le leader monégasque au Rhénus (71-90).

A l’extérieur, l’équipe de Zvezdan Mitrovic a maîtrisé son sujet. En première mi-temps, ils ont marqué 49 points, menés par un D.J. Cooper très inspiré (8 passes décisives en première mi-temps). Si Strasbourg est revenu avec de meilleures intentions après la pause, revenant à -5 à la fin du troisième quart-temps (57-62), ils ont démarré l’ultime période par 3 balles perdues de suite. De quoi redonner le large à une équipe monégasque pleine de confiance.

Malgré 3 temps-morts de Vincent Collet, la SIG n’a pas réagi. Sa paire intérieure Louis Labeyrie – Miro Bilan a encore une fois manqué d’impact (21 d’évaluation cumulée contre 35 en moyenne, en attaque) et personne n’a réussi à les rattraper, hormis peut-être encore le trop esseulé Zack Wright (14 points à 6/10 aux tirs, 6 rebonds, 3 interceptions, 2 passes décisives et 3 balles perdues pour 18 d’évaluation en 24 minutes).

Monaco va finir premier de la saison régulière pour la troisième année de suite

Du côté de Monaco, tout était parfait, ou presque : 118 d’évaluation, 62,3% de réussite aux tirs, 32 points marqués sur les 20 balles perdues strasbourgeoises… On notera les grosses prestations de Chris Evans (25 points à 10/13 et 4 rebonds pour 27 d’évaluation en 24 minutes) et Gerald Robinson (18 points à 5/9, 3 rebonds, 3 interceptions, 5 passes décisives et 4 fautes provoquées pour 22 d’évaluation en 24 minutes). Zvezdan Mitrovic a même avoué devant ses joueurs être content d’avoir terminé un match avec la chemise sèche, lui dont le sang bout toujours en match habituellement.

Il faut dire qu’avec ce succès, l’AS Monaco compte 3 victoires d’avance (sans le point-average) sur le nouveau deuxième, Le Mans, à 5 journées de la fin, et 3 victoires d’avance (avec le point-average) sur le troisième, Strasbourg. De quoi être proche d’assurer la première place (et donc l’avantage du terrain en playoffs) pour la troisième année de suite.

De son côté, la SIG devra retrouver la confiance en allant chercher un titre. Ce sera samedi à Bercy en finale de la Coupe de France contre Boulazac.

Source