L’Union Internationale de la Presse Francophone plaide pour une information pluraliste à Monaco

Par la voix de son président Patrick Zehr, l’UPF partage sa vision de l’avenir de la presse à Monaco, avec notamment une information audiovisuelle séparée de la communication gouvernementale.

Notre section membre de l’Union Internationale de la Presse Francophone a reçu l’appui de la majorité du CN dans sa nouvelle démarche, une demande officielle de subvention auprès du Gouvernement Princier après un premier refus non motivé d’aide ponctuelle.

Nous avons constaté tous groupes confondus, une identité de vue sur l’évolution de la presse à Monaco et notamment de son audiovisuel. Il y a lieu de se féliciter de la volonté de la Communication gouvernementale à augmenter et diversifier sa diffusion notamment dans le cadre des nouvelles technologies.

Pour l’UPF comme pour le CN cela est cependant sans rapport avec la séparation d’un service public audiovisuel professionnel de la communication gouvernementale.

Cette promesse du début de la gouvernance Serge Telle reste plus d’actualité que jamais au regard des évolutions internationales, comme des négociations avec l’Europe. L’UPF veut donc appuyer l’action du parlement pour trouver avec le gouvernement un cadre permettant la mise en place d’une information -et non d’une communication- audiovisuelle et pluraliste. Elle est disponible pour toute discussion, et ce au plus haut niveau.

La réflexion commune sur une haute autorité – type CSA- nous parait un moyen d’assurer le respect des spécificités de Monaco dans l’exercice responsable de la liberté d’opinion, élément constitutif d’un état de droit démocratique.

L’UPF est convaincue que le gouvernement, qui est seul habilité à prendre des décisions dans ce sens, sera sensible à une argumentation qui prend en compte le rôle des journalistes, reconnus comme tels par la profession, comme l’intérêt de Monaco.

Lire le texte intégral