FANB fait peau neuve

L’Institution François d’Assise – Nicolas Barré intègre le nouvel établissement sur le site Roqueville. Un outil de travail exceptionnel pour les enseignants et les élèves qui va permettre à FANB d’écrire une nouvelle page de son histoire.

« La vraie nouveauté naît toujours dans le retour aux sources ». Mme Christine Lanzerini, Directeur Général et Chef d’Etablissement de François d’Assise – Nicolas Barré n’est pas peu fière de citer ces mots d’Edgar Morin.

Ce mardi 23 avril 2019 marque à la fois un retour aux sources pour l’enseignement catholique privé en Principauté de Monaco mais également un sacré bond en avant. Sur le site de Roqueville, à l’endroit même où il y avait encore il y a quelques années le lycée FANB, où historiquement se trouvait également le collège des Franciscains, c’est un outil de travail exceptionnel dont ont pris possession les lycéens (Terminales, Premières, Secondes et Troisièmes), les enseignants et l’équipe de direction. Les collé­giens, actuellement sur le site de Monaco-Ville, feront leur ren­trée dans ces lieux au mois de septembre 2019, sous la Direc­tion Pédagogique de M. Franck Fantino, Adjoint au Chef d’Etablis­sement.

Dans le moindre détail

« C’est une grande et belle fierté, un honneur également de pouvoir intégrer cet établissement en tant que Directeur Général. La chance d’une vie. » souligne Mme Christine Lanzerini. « Après avoir fait toute ma scolarité du secondaire aux Dames de SaintMaur à Monaco, je dirais que la boucle est bouclée. Il y a une résonnance encore plus forte pour moi, c’est un sentiment particulier de permettre à FANB d’avoir un second souffle, en conservant ses valeurs et en étant à présent solidement ancré et tourné vers le 21ème siècle. »

L’émotion est palpable et il y a de quoi. « Nous sommes très reconnaissants envers Monsei­gneur Bernard Barsi, Archevêque de Monaco et le Gouvernement Princier, qui nous ont permis de penser et d’envisager ce bâtiment comme nous le souhaitions. »

Un bâtiment de 8 étages ultra moderne (conçu par l’architecte monégasque Chérif Jahlan), construit dans le respect des normes environnementales, où rien n’a été laissé au hasard, où tout a été pensé dans le moin­dre détail.

Infrastructures et outils informatiques adaptés

Et le résultat est tout simplement époustouflant. Avec, entre autres, une qualité des matériaux hors du commun. Les messages et les valeurs sont également bien là : des objets d’art dans le hall rappellant les valeurs de l’établis­sement : accompagnement et bienveillance ; des oliviers pré­sents dans la cour (symbole de paix et fraternité) et même décli­nés en luminaires ; des vitraux du maître-verrier Arcabas ornent la chapelle et une enseignante d’arts plastiques de l’établisse­ment a fait la maquette des motifs floraux (rappelant ceux des vitraux) qui composent le garde corps de la chapelle « afin de s’im­prégner de nos pères fondateurs » ; le logo FANB est sculpté dans l’au­tel…

« Ce bâtiment flambant neuf, c’est aussi un challenge car il fallait se projeter dans le futur, mais il n’y a pas de rupture avec FANB. Nous changeons d’ailleurs notre dénomination pour devenir : Institution François d’Assise Nicolas Barré. Ceci permettra de renforcer le sentiment de cohé­sion au sein de notre établisse­ment. » précise Mme Christine Lanzerini qui ne manque pas d’ajouter que « cet outil de travail est somptueux. »

Toutes les classes dotées d’ENI de 75 pouces (écrans numériques interactifs). Fini le bon vieux tableau noir et la craie. Le numé­rique prend ici tout son sens.

Fini également la cantine : on parle désormais de « salles de restauration avec distribution de plats en ilots chauds et froids. Pour les lycéens, il y a un esprit cafeteria ». Chaises hautes, cana­pés… « Nous avons voulu créer des conditions optimales, pour le travail, avec des aménagements, mais en tenant également compte des remarques qui avaient été suggérées par les délégués des élèves, afin qu’ils aient un lieu convivial, adapté à leurs besoins d’adolescents. »

Ce nouvel élan de modernité pour FANB va offrir aux jeunes des conditions d’éducation et de vie scolaire optimales.

Des conditions qui favoriseront leur réussite et leur épanouisse­ment individuel et collectif.

Le FANB nouveau en chiffres

10400 mètres carrés
750 élèves (collégiens et lycéens) en septembre 2019
45 salles de cours d’enseignement
8 étages
4 salles informatiques
4 laboratoires de sciences
3 salles de technologie
2 laboratoires de langues
2 salles d’arts
2 CDI (Centre de Documentation et d’Information)
2 cours de récréation (collège et lycée)
1 chapelle
1 salle polyvalente

La simplicité de l’écran numérique interactif au coeur de la nouvelle technologie

Les écrans interactifs tactiles sont nés du mélange de plusieurs innovations en matière d’écrans plats et de technologie tactile. La combinaison a donné lieu à des dispositifs « tout-en-un », très confortables à manipuler, « plug and play », à la qualité d’image incomparable, et aux performances inégalées.

L’écran interactif tactile est avant tout une sorte de tablette géante qui fonctionne sous Android et qui permet de réaliser de nombreuses tâches : écrire, annoter, dessiner, faire des représentations. Dans une salle de classe, il devient un outil pédagogique de base. La modification d’un contenu devient beaucoup plus facile que lorsque l’on travaille à la craie sur un tableau noir.

L’absence de vidéoprojecteur est l’un des atouts majeurs du dispositif. Les problèmes d’incompatibilité entre matériels sont supprimés et les réglages limités (plus besoin de calibrer l’écran comme pour un tbi). Le confort d’utilisation est exceptionnel : sans vidéoprojecteur, il n’y a plus de bruit de ventilateur, ni de risque d’être ébloui par la lampe ou gêné par l’ombre portée et le point chaud. Les visuels sont toujours d’une très grande qualité, même dans une salle très lumineuse.

Conçus pour susciter l’intérêt de ceux qui les utilisent, par le biais de visuels attrayants, associés à un environnement de collaboration riche et intuitif, les écrans numériques interactifs tactiles sont d’une réelle valeur ajoutée dans les classes.

Ils permettent de stimuler l’enseignement et servent parfaitement la pédagogie active ou encore la classe inversée.