Home»A la une»Sphyrna Odyssey à l’écoute des cétacés

Sphyrna Odyssey à l’écoute des cétacés

0
Shares
Pinterest WhatsApp

Mieux comprendre le comportement des mammifères marins et les menaces qui les affectent est l’un des grands enjeux de la protection des océans pour laquelle la Principauté de Monaco est mobilisée. C’est dans cette optique qu’une mission d’étude du déplacement de certaines espèces de Méditerranée est soutenue par la Société des Explorations de Monaco, la Fondation Prince Albert II. Cette mission, qui bénéficie également du soutien de l’Accord sur la Conservation des Cétacés de la Mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique (ACCOBAMS), s’intéresse aux cétacés capables de plonger profondément dans les canyons sous-marins : cachalots, baleines de Cuvier et dauphins de Risso. Elle met en œuvre deux grands drones de surface d’environ 20 mètres de long qui vont parcourir de mi-septembre à mi-décembre plus de 2 200 kilomètres le long du courant ligure. De Toulon à Gênes, en passant par la Corse et les Baléares, ces navire laboratoires autonomes vont enregistrer les signaux acoustiques émis par les cétacés, mais aussi les pollutions sonores dues aux activités humaines. Un passage par Monaco interviendra fin septembre, en début de mission, et mi-décembre, à la fin de l’aventure.

La mission coordonnée par Bertrand de Lesquen, directeur de la revue Marine & Océans, est placée sous la direction opérationnelle de Fabien de Varenne, concepteur des drones Sphyrna et sous la direction scientifique du Professeur Hervé Glotin de l’Université de Toulon. Une dizaine de scientifique se relaieront
à bord d’un catamaran qui accompagneront les drones pour s’assurer du bon déroulement de la mission et analyser les données recueillies au fur et à mesure des trois mois de mission.

Les drones sont équipés de plusieurs hydrophones très performants permettant la localisation en 3D des mammifères marins sur un rayon de 6 kilomètres et jusqu’à 2 000 mètres de profondeur. Ils permettent de réaliser une grande première car aucune étude « mobile » n’a jamais été menée sur une zone aussi vaste.

Article précédent

Deux marques monégasques défilent à Milan

Article suivant

80.000 Visiteurs pour Dalì au Grimaldi Forum