Monaco inaugure son laboratoire autonome
Numérique, Palais, Social-santé, Une

Monaco inaugure son laboratoire autonome

Ce lundi 16 novembre, le Prince Albert II a inauguré les nouvelles installations d’un laboratoire confiné et sécurisé dit laboratoire « P3 » au Centre Scientifique de Monaco (CSM). L’accès à ce type de laboratoire est réglementé, réservé au personnel formé et autorisé.

Cette plateforme analytique de biologie moléculaire à haut débit a été acquise par la Principauté à la demande de S.A.S. le Prince Souverain dans le cadre de la crise sanitaire. Le Cobas 6800 permet d’intensifier considérablement la cadence des analyses PCR et de garantir l’autonomie de la Principauté pour le dépistage de virus. Au-delà de la pandémie de la COVID-19, cette acquisition sera utile dans la lutte contre d’autres menaces sanitaires potentielles.

Cette machine livrée par la société Roche Diagnostics réalisera, à elle seule, dans un premier temps, 400 analyses quotidiennes; soit l’analyse de la majorité des prélèvements naso- pharyngés effectués en Principauté, les autres prélèvements étant assurés par les laboratoires privés de Monaco. Concrètement, le CHPG s’en trouvera soulagé en externalisant les analyses au CSM. De son côté, le centre national de dépistage qui va continuer à monter en capacité adressera l’intégralité de ses prélèvements au CSM.

Comme le précise le Ministre d’Etat, Pierre Dartout : « Cet outil renforce la mobilisation de tous les laboratoires privés et publics de la Principauté qui travaillent sans relâche depuis le début de la crise sanitaire pour tester au maximum. Depuis le mois de septembre, nous montons en puissance dans nos capacités de tests. Aujourd’hui, la Principauté est sur le point de devenir totalement autonome en matière de dépistage. Ceci nous permet de développer dans les prochaines semaines une politique de dépistage encore plus large et plus rapide ».

Tests plus rapides

Afin de réduire au maximum le temps de communication des résultats aux patients, la Délégation Interministérielle à la Transition Numérique a élaboré, avec les équipe de Roche, du CHPG et du CSM, la numérisation et l’automatisation du processus de tests. Cela réduira de 50 % le délai entre le prélèvement et la communication des résultats (12 à 24h), soit le plus haut niveau des standards internationaux.

Au-delà d’un retour rapide vers le patient, cela permettra au Gouvernement et aux autorités sanitaires de disposer de données fiables et complètes pour prendre les meilleures décisions.

Laboratoire modernisé

Pour accueillir cette nouvelle machine, il a fallu aménager le Centre Scientifique de Monaco dans des délais serrés qui ont pu être tenus grâce à la mobilisation d’entreprises monégasques et le Département de l’Equipement. 

Ce nouvel équipement donne une nouvelle dimension au Centre Scientifique de Monaco qui a réorienté ses missions premières pour répondre à la lutte contre le coronavirus. Comme l’explique le professeur Patrick Rampal, son Président : « Dans un premier temps, nous allons utiliser le Cobas 6800 pour analyser des prélèvements rhino-pharyngés dans le cadre de la pandémie de la Covid-19. Mais nous sommes en train de valider d’autres méthodes de prélèvement pour les tests PCR, en partenariat avec le CHPG. Je pense par exemple aux prélèvements oro-pharyngés qui pourraient bientôt venir remplacer les prélèvements naso-pharyngés ».

Mais le CSM pense aussi à l’après-Covid, le nouvel équipement sera utile pour d’autres types d’analyses, plus conventionnelles, comme le papillomavirus. 

L’inauguration s’est tenue en présence de SAS le Prince Souverain, entouré du Ministre d’Etat Pierre Dartout, des Conseillers de Gouvernement, Didier Gamerdinger et Patrice Cellario, du Délégué Interministériel à la Transition Numérique, Frédéric Genta, ainsi que du Président du Conseil National, Stéphane Valéri, du Directeur Général Adjoint de Roche Diagnostics France, Carlos Justiniani, et du Président du CSM, Pr Patrick Rampal.

16 novembre 2020