La Fondation Prince Pierre présente son programme de conférences 2021
Culture

La Fondation Prince Pierre présente son programme de conférences 2021

La Fondation Prince Pierre propose trois rendez-vous à Monaco le 25 janvier, le 15 février et le 22 mars.

Les conférences « hors les murs » se maintiennent et seront programmées, cette année, à la Maison des Océans à Paris le 4 février et le 8 avril 2021.

A Monaco – Théâtre des Variétés

  • Lundi 25 janvier – 18h30
  • Cinéma : un art de l’ellipse
  • Arnaud Desplechin, réalisateur

On imagine parfois que la vocation du cinéma est de montrer des personnes, des corps, des lieux, des actions, des relations, tout un ensemble face auquel le plaisir du spectateur serait lié au plaisir de voir sans être vu. Le travail de la mise en scène consisterait alors en bonne part à élaborer un monde de fiction plausible auquel le spectateur puisse croire, voire s’identifier.

Illustrant ses propos avec des extraits de ses films, Arnaud Desplechin évoquera, en compagnie de Jacques Kermabon, les enjeux concrets de cette confrontation avec la matière filmée, telle qu’elle a lieu sur le plateau du tournage avant de trouver une forme définitive au montage.
Cette conférence est organisée en collaboration avec l’Institut audiovisuel de Monaco.

  • Lundi 15 février – 18h30
  • Mais qui était donc Vinteuil ?
  • Jérôme Bastianelli, écrivain et critique musical

Si Marcel Proust ne lui donne même pas de prénom, le compositeur Vinteuil occupe tout de même une place importante dans A la recherche du temps perdu. Il permet notamment à l’écrivain d’illustrer deux thèmes qui lui sont chers : par ses oeuvres audacieuses, Vinteuil montre que le propre de l’artiste est de porter un regard nouveau sur le monde ; par le contraste entre sa vie timide et bien rangée avec le charme ensorcelant de son art, il confirme que la vie d’un artiste n’a pas grand-chose à voir avec son génie.
Mais à quels musiciens Proust pensait-il lorsqu’il a imaginé ce personnage ? En partant des pistes qu’il a lui-même livrées dans sa correspondance, enrichies des témoignages de ceux qui l’ont connu ou des recherches récentes sur la place de la musique dans ses textes, Jérôme Bastianelli passera en revue tous les « candidats » possibles, jusqu’aux plus inattendus.
Chaque portrait sera illustré d’un court extrait musical, afin d’imaginer à quoi pouvait donc ressembler la fameuse Sonate de Vinteuil.

  • Lundi 22 mars – 18h30
  • Acoustique de l’écriture
  • Sylvie GERMAIN, auteur

Il y a dans l’écriture, comme dans toute création artistique, une ampleur de résonance polyphonique : on n’écrit, on ne crée, que dans le sillage de traces et d’échos laissés en nous – dans notre mémoire, notre sensibilité, notre pensée et notre imaginaire – par des lectures, des paroles
entendues, des oeuvres picturales, cinématographiques, chorégraphiques, architecturales vues, contemplées, des oeuvres musicales écoutées… Toute voix singulière est nourrie, irriguée par une rumeur montée de l’enfance, et en amont, des lointains du temps, en cours, du présent qui bouge et
bruite autour de nous. Il y a dans l’écriture une profondeur de résonance particulière : la langue propre à un écrivain précède toujours celui-ci de plusieurs siècles, elle le déborde, le surpasse totalement. La langue, ce
matériau si fluide, impalpable, de l’écrivain, recèle une mémoire très dense, chaque mot a une histoire, une généalogie parfois très ancienne, complexe et foisonnante, et certains vocables ont une grande amplitude de vibration.
Ce sont ces diverses résonances qui traversent toute écriture, ainsi que les silences qui les scandent ou qui les trouent, que se propose de questionner cette conférence.

Hors les murs : Paris – Maison des Océans

  • Jeudi 4 février – 19h00
  • Cheminer en philosophie ; Expérimenter la différence des langues
  • Barbara Cassin, philosophe et philologue

S’il est difficile, voire impossible, de définir précisément ce qu’est un philosophe, son parcours est toujours un éclairage sur ce qui l’a animé et continue d’orienter sa pensée. Au cours de cette conférence, Barbara Cassin propose de partager son travail sur la différence des langues. Elle déploiera son rapport à la langue, aux langues, à la traduction, à partir d’un certain nombre d’expériences successives, et prendra pour point de départ son goût pour le grec et son plaisir étonné pris à traduire, entre poésie et philosophie.

Cette conférence est organisée en collaboration avec Les Rencontres Philosophiques de Monaco.

  • Jeudi 8 avril – 19h00
  • Le renouvellement de l’hygiène avec le XXe siècle ; Les contributions du Prince Albert Ier de Monaco
  • Georges Vigarello, historien

Monaco, au début du siècle du Prince Albert Ier, répond à des pratiques d’hygiène et à une défense à l’égard de la propreté de manière exemplaire, jugé d’un modernisme particulièrement soigné.
Le sceau plus singulier du Prince tient à son influence sur la réflexion internationale. Son discours inaugural du Congrès de Monaco pour favoriser le développement des stations hydro-minérales, maritimes, climatiques et alpines des Nations alliées en 1920 se donne en programme : retrouver un élan sanitaire grandement compromis par la Grande Guerre et étudier minutieusement les ressources de la mer dont il est un des pionniers. Il exprime ainsi un hymne à l’eau et au soleil, une dénonciation d’« exploitations industrielles » mal maîtrisées, une insistance sur la recherche comme principe de bien-être et de progrès.

Cette conférence est proposée à l’occasion de la commémoration du centenaire de la disparition du Prince Albert Ier de Monaco.

11 décembre 2020
Qui sommes-nous ?

Les Pages Monaco sont une initiative privée destinée à donner une vision objective de l’actualité monégasque.

Contact : pagesmonaco(at)gmail.com

Textes et images © Sources mentionnées ou Pages Monaco