Des récifs artificiels en test au Larvotto

Les sociétés Créocéan et Geolab développent actuellement une méthodologie et un savoir-faire en photogrammétrie sous-marine.

L’objectif consiste à reconstituer en 3D le plus fidèlement possible des objets immergés à partir de séries de photographies.

Un projet de modélisation d’un récif artificiel imprimé en 3D a récemment été conduit dans l’aire marine protégée du Larvotto en présence de Claude Reveret et Clément Madelaine, avec le support de l’AMPN et du laboratoire ECOMERS (Université Côte d’Azur), afin de comparer le modèle ayant servi pour l’impression avec le modèle reconstitué par photogrammétrie.

Les illustrations représentent les premiers rendus 3D qui serviront à cette analyse.

Cette modélisation pourra être intégrée dans les travaux menés par Elisabeth Riera dans le cadre de sa thèse de doctorat sur l’évaluation de la complexité tridimensionnelle de tous types de récifs artificiels. A terme, cette technique pourra également être appliquée dans d’autres domaines de recherche.

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=839333652908436&id=132281526946989&xts%5B0%5D=68.ARC2qgkkOUTgLpS9YMTQaxZEjbLXwPA_AWjEnkyJuP7ZBxzFcpGNp1eJvYYvqV7P5k3Rk1maHtg6x1UkA_89XkiPn0YJRHC0huQO2J2OwdMF48AdF0NCMo3SzifBJrKhb6Gis_L7teh6mJhRlcqvXRSol9rHsXrWmeKzwYlxsONi7jSkFnFwPmaKLyIa81q5Vae8SFGqheoNV6ctaDT6evs-ucVU75zvSwmZ7d5R&tn=-R