Janowski est “coupable d’avoir commandité l’assassinat”, affirme Dupond-Moretti

Le ténor Eric Dupond-Moretti est l’avocat de Wojciech Janowski, le gendre de la milliardaire Hélène Pastor, assassinée en mai 2014 à Nice. / © photo AFP /Thomas Samson

Coup de théâtre à quelques heures de la fin du procès. Me Eric Dupond-Moretti, avocat de Wojciech Janowski a déclaré à la barre : il est « coupable d’avoir commandité l’assassinat » de sa belle-mère, la milliardaire monégasque Hélène Pastor, et de son chauffeur.

Une affirmation devant les assises des Bouches-du-Rhône qui prend le contrepied de son client, qui niait depuis le début de son procès. Il est le seul accusé à reconnaître son rôle dans ce double assassinat. Selon le journaliste de franceinfo présent à l’audience, le gendre d’Hélène Pastor était prostré, la tête baissée, et en pleurs pendant la plaidoirie de son avocat.

« Il est évidemment coupable » de complicité d’assassinat, car « il a transmis les ordres, le lieu, la date à laquelle les commettre, fait des repérages » a affirmé son avocat.

Pascal Dauriac est l’organisateur du guet-apens mortel contre la milliardaire Hélène Pastor et son chauffeur le 6 mai 2014, devant l’hôpital l’Arche, ils avaient été mortellement blessés par balle.

« Il sait que le pardon ne lui sera pas accordé » et « Il est dans la repentance » a plaidé lundi Me Jean-Robert Nguyen Phung.

L’avocat demande aux jurés d’assises « d’individualiser » la peine de prison de son client. Vendredi, l’avocat général Pierre Cortès avait requis 30 ans de réclusion criminelle à son encontre.

Dupont Moretti va entrer en scène

L’un des moments très attendus de ce procès, c’est la plaidoirie d’Eric Dupond-Moretti. Le célèbre pénaliste défend le gendre de la milliardaire Wojciech Janowski.

L’homme de 69 ans avait avoué avoir commandité l’assassinat de sa belle-mère Hélène Pastor avant de se rétracter et d’accuser son coach sportif. Depuis, l’homme d’affaires polonais calme son innocence. L’affaire a littéralement laminé sa réputation sur le Rocher. L’avocat général a requis la perpétuité à son encontre.

Source