Région : Ikea s’installe (enfin) à Nice

Le magasin Ikea sera intégré dans un espace de près de 8 hectares comprenant aussi logements, services et d’autres commerces —

  • Ikea va lancer les travaux de son magasin à Nice vendredi, après près de 20 ans de tentatives d’implantation sur la Côte d’Azur.
  • Le magasin, qui prévoit aussi 10.000m2 d’habitations à proximité de l’Allianz Riviera, devrait être inauguré en 2021.
  • Retour sur toutes ces années de recherche infructueuse de points de chute de Cagnes-sur-Mer à Mougins, de Gilette à Vintimille.

Manifestations, oppositions, recours… Il aura fallu près de 20 ans (et nombre de procédures) à Ikea pour arriver à se trouver un point de chute sur la Côte d’Azur.

De Cagnes-sur-Mer à Mougins, de Gilette à Vintimille (en Italie), le géant de l’ameublement suédois aura essayé de nombreuses options avant de finalement réussir à s’implanter à Nice. Non sans difficultés.

Ce vendredi, en présence du maire Christian Estrosi, de Walter Kadnar, PDG d’Ikea France, de François Bertière, président de Bouygues immobilier, et de l’architecte Jean-Michel Wilmotte, le mastodonte de la distribution va enfin lancer ses travaux. Avec quatre ans de retard et une ouverture désormais prévue pour le premier semestre 2021.

1. Première tentative du côté de Cagnes-Sur-Mer

Après d’autres tentatives infructueuses, Ikea se porte acquéreur, fin 2002, d’un vaste terrain sur la ZAC Saint-Jean, à Cagnes-sur-Mer. L’enseigne souhaite y installer un magasin d’une superficie deux fois supérieure à celle de son implantation à La-Valette-du-Var. Des études d’impact sont lancées. Le projet n’est finalement pas retenu. Le site accueille aujourd’hui le centre commercial Polygone Riviera.

2. Le projet de Mougins et la fronde des « anti-Ikea »

Septembre 2006, les dirigeants d’Ikea reviennent à la charge du côté de Mougins. Sur les 32.000m2 d’un complexe baptisé « Family village », la marque de meubles occuperait 17.000m2. Rapidement, la commune voisine de Mouans-Sartoux se montre hostile au projet, s’inquiétant du flux automobile qu’il pourrait générer et de son impact sur le commerce de proximité.

Des manifestations « d’anti-Ikea » sont organisées. Les habitants du quartier concerné à Mougins, demandent même leur rattachement à la ville de Mouans-Sartoux. Septembre 2007, la commission nationale d’équipement commercial rejette le dossier. En 2009, une nouvelle version « resserrée » du « Family village » est présentée. En juin 2010, le projet est définitivement enterré.

3. Des pistes du côté de Gillette… et même à Vintimille

Parallèlement au dossier mouginois, l’éventualité d’une implantation sur la rive droite de l’Estéron, au pied de La Roquette-sur-Var, est évoquée dès la fin 2007. En l’absence d’une solution côté français, on parle aussi d’un projet près de la frontière italienne, à Vintimille. Ces deux hypothèses finissent par être elles-aussi écartées en 2009.

4. Et finalement, le projet (à rebondissements) de la plaine du Var

Après plusieurs années de négociations (Christian Estrosi rencontrait le directeur d’Ikea France dès juin 2010), la ville de Nice et le géant suédois annoncent leur projet commun en 2013. En avril de cette année-là, une « déclaration d’intention » est signée pour l’implantation d’un magasin « de qualité architecturale unique au monde et pilote en matière de développement durable », inclus dans un complexe de 50.000m2, adossé à 10.000m2 d’habitations à proximité de l’Allianz Riviera. L’ensemble doit alors sortir de terre en 2016 sur ces terrains de la plaine du Var. Il n’en sera rien.

Le magasin sera desservi par la ligne 3 du tramway, prévue pour fin 2019 – Ville de Nice

En novembre 2015, la promesse de vente du terrain est signée mais le projet a pris du retard, la date d’ouverture est repoussée à 2018. Début 2016, l’association En toute franchise, qui défend le commerce de proximité, annonce un recours, qui poussera le promoteur, Bouygues, mais aussi la ville de Nice et la métropole Nice Côte d’Azur a lui réclamé des dommages et intérêts pour « procédure abusive ». La fédération jette finalement l’éponge en juin 2018, laissant le champ libre au lancement du chantier.

Source